Catégorie : Actualités

Télétravail : deuxième séance de négociation

S’est tenue aujourd’hui la deuxième séance de négociation concernant l’accord télétravail, l’accord actuel étant échu au 30 juin 2024.

Il faut bien reconnaître que l’ambiance de la négociation a changé et que, loin des diktats et des chantages précédents sous l’ère de Michel Mathieu, l’écoute mutuelle prévaut. En tout état de cause, cette deuxième séance de négociation semble corroborer la volonté de la direction de développer le télétravail chez LCL et de l’accroître “significativement” pour les réseaux.

Malgré cela, tout est loin d’être parfait.

Voici les propositions de LCL :

  • Le rythme de télétravail serait modifié : au lieu de 2 jours de télétravail et 3 jours sur site par semaine pour les fonctions support, LCL Mon Contact et Middle et Back Office, LCL propose que la règle soit, au contraire, 3 jours de télétravail et 2 jours sur site par semaine. En revanche, LCL n’augmenterait pas le nombre de jours de télétravail pour ces directions. Ainsi, LCL propose :
    • Pour les fonctions support, LCL Mon Contact, Middle et Back office : une enveloppe de 84 jours par année civile (soit à peu près autant qu’actuellement)
    • Pour la BEIGF, une enveloppe annuelle de 42 jours par année civile
  • En revanche pour le Retail, la Banque Privée, les fonctions support des DR/DDR/DBP, une enveloppe annuelle de 33 jours par année civile serait allouée. Si les réseaux Retail et la Banque Privée triplent leur enveloppe de jours de télétravail annuelle, en revanche, les fonctions support des DR/DDR/DBP subissent une baisse drastique, incohérente et inadmissible, de leur quota.

En termes de solutions particulières de télétravail, la direction propose 15 jours de télétravail supplémentaires pour les femmes enceintes et 8 jours supplémentaires pour les proches aidants. Exemple : un salarié du Retail proche-aidant pourra bénéficier d’une enveloppe annuelle de 41 jours, une femme enceinte, d’une enveloppe de 48 jours.

La direction propose aussi que l’allocation forfaitaire passe de 2,50 € à 2,70 €, “seuil d’exonération maximum”, selon ses dires, soit 226,80 € maximum par an. Or, selon nos informations, pour l’URSSAF, le seuil d’exonération, lorsqu’un accord est mis en place, est de 3,25 €, et non de 2,70 € (sauf erreur ou omission). En revanche, cette allocation sera maintenue en cas de télétravail sur préconisation médicale.

Enfin, la direction maintient l’enveloppe de 180 € pour les frais d’équipement et réfléchit éventuellement à trouver une autre plateforme qu’Edenred, souvent onéreuse.

Pour FO LCL, certaines avancées sont à saluer, mais restent toutefois en-deçà d’un accord télétravail réellement ambitieux.

FO LCL a donc porté les revendications recueillies auprès de vous, toutes directions confondues :

  • Pour les fonctions support, siège et Etats Majors réseaux, LCL Mon Contact, Middle et Back office : une enveloppe de 126 jours par année civile
  • Pour la BEIGF et la Banque Privée : une enveloppe annuelle de 84 jours par année civile
  • Pour le Retail : une enveloppe annuelle de 42 jours par année civile.

FO LCL a porté la revendication de jours supplémentaires de télétravail pour les femmes enceintes et se réjouit d’avoir été entendue. Ce quota de jours, nous aimerions cependant qu’il soit également lié à l’exercice de la parentalité (l’autre parent est aussi concerné, ce qui a été souligné lors de la séance de négociation égalité professionnelle), aux retours de congés maternité, aux congés menstruels et/ou à l’endométriose. A priori, loin d’être fermée, la direction souligne cependant que le sujet de l’endométriose devrait être pris en compte dans l’accord égalité professionnelle, dont la négociation s’est ouverte hier. Nous y reviendrons ultérieurement.

De même, les 8 jours supplémentaires pour les proches-aidants sont insuffisants. Dans ce cas spécifique, la possibilité de prendre des jours de télétravail par demi-journées, est une de nos demandes fortes.

FO LCL propose que l’allocation de 2,70 € soit revue à la hausse, au minimum à 3,25 €, voire plus, compte tenu de l’explosion des coûts de l’énergie. Nous demandons aussi que la prime forfaitaire pour l’équipement soit revalorisée, renouvelable et ouverte à tous les télétravailleurs, sans distinction.

Enfin, FO LCL, en collaboration avec le CSE du siège, a engagé il y a quelques mois, une action en justice, pour que les télétravailleurs des campus de Villejuif et Clichy puissent bénéficier d’une indemnité de repas lorsqu’ils sont en télétravail. La justice a, en partie, donné raison à FO LCL, puisque nous avons obtenu une contrepartie pour les télétravailleurs du siège, mais, pour l’instant, uniquement sur la période des confinements lors de la pandémie de COVID 19 (17 Mars 2020 – 31 mai 2021). C’est donc une revendication que nous portons également sur cet accord : que les télétravailleurs des campus de Villejuif et Clichy bénéficient d’une indemnité de repas lorsqu’ils sont en télétravail et qu’ils ne peuvent accéder aux restaurants d’entreprise.

Bien évidemment, tout cela ne pourra être mis en place de façon efficace que si un outil de pose et de suivi du télétravail est mis en place.

Il y a encore du grain à moudre et du pixel à travailler 🙂

Prochaine réunion de négociation le 26 avril.

En attendant, suivez-nous sur les réseaux sociaux  Facebook, X, LinkedIn et Insta

CSEC du 3 avril 2024

Résultats 2023 de LCL, Flex-Office, Commission Nationale d’Entraide, Index égalité professionnelle, Téléphonie, Acquisition de Congés Payés durant un arrêt maladie étaient  parmi les points à l’ordre du jour de la séance d’avril.

Pour lire le flash, c’est ici

Pour lire l’avis du CSEC sur le projet Nouvelle R (flex-office),  c’est là

Pour lire les réponses de la direction aux questions diverses, c’est ici

Télétravail : changement de direction ?

Ce jour s’est tenue la première séance de négociation devant aboutir à la conclusion d’un nouvel accord Télétravail (le dernier accord a été prorogé jusqu’au 30 juin 2024).

En préambule, la direction a affirmé sa volonté de continuer à développer le télétravail chez LCL, avec plus de souplesse et de flexibilité dans l’organisation du travail (pas de fixité de jours de télétravail).

Elle a ajouté vouloir l’accroître significativement pour les “réseaux de proximité”.

Le rôle central du manager est réaffirmé dans l’organisation du travail hybride (mix salariés en présentiel et en télétravail). Un système de gestion adapté sera mis en place pour faciliter l’organisation.

La direction semble ne pas être fermée au télétravail en tiers lieu (hors co-working).

les revendications de FO LCL portées :

  • développement significatif du télétravail pour tous
  • amélioration de l’outil de déclaration
  • augmentation de la participation forfaitaire journalière et suppression du plafond annuel
  • augmentation de la participation aux frais d’équipement (EDENRED actuellement) avec renouvellement
  • augmentation spécifique du télétravail pour certaines situations. Ex : futures mamans, retour congés liés à la parentalité, salariés aidants, …

Le SNB, quant à lui, a demandé le maintien en l’état, sauf pour la Banque Privée (1 jour hebdomadaire) et le réseau Retail (1 jour fixe mensuel), et, pour tous, une enveloppe de 11 jours complémentaires.

Prochaine réunion le vendredi 19 avril

Certains ouvrent … d’autres ferment

La caisse régionale du Crédit Agricole Ille et Vilaine renforce son positionnement sur son territoire, en développant son réseau d’agences au plus près de ses clients ” à l’heure où des établissements bancaires ferment leurs points de vente”

7 agences du Crédit Agricole Ille et Vilaine vont ouvrir leurs portes en 2024.

Voilà le message lancé par cette caisse dans cette vidéo : Les agences du Crédit Agricole d’Ille-et-Vilaine (2) sur Vimeo

Ce n’est pas la première fois qu’une caisse régionale s’attaque directement ou indirectement aux fermetures d’agences d’autres établissements, dont LCL. Pour rappel, depuis 2016, année d’arrivée de Michel MATHIEU, LCL a fermé environ 300 points de vente. Ce qui ne permet plus d’assurer une bonne couverture digne d’une banque dite “nationale”.

Le groupe Crédit Agricole serait-il schizophrène ?

CSEC du 6 mars 2024

Prime de partage de la valeur 2024, bilan RVP 2023, consultations sur la réorganisation de l’UM Successions et du transfert d’activités entre Bordeaux et Roubaix, étaient parmi les points à l’ordre du jour de la séance de mars.

Pour lire le flash, c’est ici

Pour lire la déclaration de Thierry LOHEAC sur la problématique de la rétention des fermetures de comptes, c’est là

Pour lire l’avis du CSEC sur la réorganisation de l’UM Successions, c’est ici

Pour lire l’avis du CSEC sur le transfert d’activité entre Bordeaux et Roubaix, c’est là

Pour lire les réponses de la direction aux questions diverses, c’est ici

FO LCL est très satisfaite de voir que 3 femmes intègrent le COMEX de LCL, portant la part de féminisation de cette instance dirigeante à 36%. S’il reste encore du chemin à parcourir, il faut saluer cette avancée sensible.

Complémentaire santé : les tarifs 2024

21 mars : Vous avez un délai supplémentaire pour adhérer dès 2024 au régime supplémentaire facultatif au nouveau tarif très avantageux, soit jusqu’au 30 avril 2024. En cas d’adhésion, c’est l’ensemble des assurés de votre foyer qui est couvert.

5 mars : Vous avez reçu ce jour via MyPeopleDoc, un courrier vous proposant d’adhérer au régime supplémentaire facultatif au tarif renégocié à -50%. Vous avez jusqu’au 30 mars pour adhérer dès 2024.

Retrouvez en page 31 de l’accord, les garanties que vous offre ce régime supplémentaire.

23 février : Comme chaque année, FO LCL est la seule à vous communiquer les tarifs de notre complémentaire santé, ainsi que l’état de santé des différents régimes.

FO LCL a signé les 2 avenants (n°4 et n°5 que vous pouvez retrouver dans les rubriques “Accords LCL” ou “Complémentaire santé”), puisque :

  • LCL a accepté d’augmenter sensiblement sa participation aux régimes obligatoires (base et complémentaire), faisant baisser notre contribution
  • l’assureur a accepté de diviser par 2, voire par 4, les cotisations au régime supplémentaire facultatif

Ces tarifs s’applique depuis le 1er janvier 2024 (rétroactivité prévue).

Par contre, FO LCL est la seule à ne pas avoir signé l’avenant à notre régime de prévoyance obligatoire (disponible sur ce site) qui prévoit une hausse des cotisations de 15%, la direction ayant refusé de revoir la répartition entre la part salariale et la part patronale.

Pour lire l’InFO Pratic, c’est ici

FO LCL vous souhaite une bonne santé !