Un café sans sucre pour le moment, mais du grain à moudre

Lundi 12 matin, notre nouveau Directeur Général avait convié l’ensemble des syndicats à partager son fameux café sans filtre, qui ne s’est pas avéré fumeux.

A l’instar de son message “LCL en direct” de jeudi dernier, Serge Magdeleine a réaffirmé entendre les salariés qui ont fait le choix d’exprimer leur mécontentement. Il sait qu’il y a une réelle attente côté salarial. Cependant, même s’il n’y a eu quasiment aucune augmentation générale chez LCL ces dernières années (mis à part celles de 2022 et 2023 en raison du contexte inflationniste), le Directeur Général refuse d’octroyer 1.500 € pour tous.

Pour autant, selon les résultats d’une étude comparative des salaires et rémunérations, qui seront présentés en septembre prochain, la direction avisera et agira lors de la négociation salariale 2024 pour 2025. Si on en croit le dicton “la patience est souvent récompensée”, alors on devrait être très bien servi !

Concernant les objectifs, pour le Directeur Général, la méthode de fixation chez LCL est très éloignée de ce qui se pratique. Pour les objectifs … oups, les ambitions commerciales, il serait préférable de mesurer le net (conquête, encours, …) plutôt que le brut. Il est prioritaire de bien s’occuper de ses clients avant d’aller en chercher de nouveaux. Ce que partage et porte FO LCL depuis des années.

Bref, un discours très séduisant qui nécessite des actions et suscite beaucoup d’espoir et d’attentes.

Dans l’immédiat, FO LCL reste sur sa faim car, si 61% des salariés seraient augmentés cette année, ce sont 100% qui continuent de subir l’inflation.

En 2023, LCL est resté la vache à lait du groupe. Il lui a servi de substantiels bénéfices pour que les actionnaires continuent, eux, de se sucrer.

Résultats 2023 du groupe et de LCL

Le groupe Crédit Agricole SA vient de publier un résultat net de 6 milliards 348 millions pour 2023, en hausse de + 19,6% par rapport à 2022, qu’il qualifie lui-même de “très bon”.

Rappelons ce que nous avait répondu la DRH du groupe pour justifier son refus d’accorder une augmentation générale des salaires : ” Les mesures d’augmentations générales sont pérennes tandis que nos résultats ne sont jamais assurés et, par définition, sont remis en cause à chaque exercice”.

Or, d’année en année, le groupe bat record sur record en termes de résultats, et se place 2ème banque française en termes de bénéfice.

Côté caisses régionales, le résultat net est, lui, en baisse de 33%. Cela n’a pourtant pas empêché la FNCA (fédération des caisses régionales) d’accorder une augmentation générale de 1.500 € à tous.

Dans le Figaro, Philippe BRASSAC déclare ce jour, vis-à-vis de “la situation sociale tendue chez LCL” : ” nous sommes préoccupés nous aussi d’avoir un juste retour vers nos salariés. J’ai quand même espoir qu’avec l’arrivée du nouveau directeur général Serge Magdeleine, nous puissions obtenir une compréhension et un accord avec les principaux syndicats”. FO LCL l’espère également.

Pour mémoire, l’enveloppe des mesures salariales 2024 est en baisse de 23 millions (-37%) par rapport à celle de 2023 …

Un entretien est prévu lundi 12 février entre tous les syndicats de LCL et le Directeur Général.

Côté LCL, si la direction n’a pas encore communiqué sur le résultat sous-jacent, base de calcul de notre intéressement, le résultat publié est en baisse d’environ 10%. Ce qui laisse présager une baisse significative de l’intéressement-participation.

Il n’est pas trop tard pour exprimer votre mécontentement. Vous pouvez vous déclarer en grève quelques heures, voire même, 1 heure. Plus vous serez nombreux, plus nous aurons de poids pour le rendez-vous de lundi.

Rendons aux salariés ce qui est aux salariés (MAJ : report d’une réunion direction prévue le jour de la grève)

2 février : En raison du mouvement de grève, la direction vient de reporter la réunion portant sur les résultats 2023 de LCL et du groupe prévue le 8 février. La direction s’attend donc à une mobilisation massive. Ne la décevons-pas !

1er février : Selon la direction elle-même, l’enveloppe des mesures salariales 2024 est en baisse de 23 millions d’€ par rapport à celle de début 2023. Voilà comment elle nous exprime sa reconnaissance !

Pour lire le flash intersyndical, c’est ici.

Austérité salariale, conditions de travail dégradées, c’est ce qui explique certainement la place de LCL dans les profondeurs du classement 2024 des meilleurs employeurs.

Alors qu’elle est déjà la banque préférée des français, qu’elle détient le meilleur IRC, Crédit Mutuel est également la banque la plus appréciée par les salariés. L’un expliquant certainement l’autre. C’est ce que l’on appelle la symétrie des attentions. La banque qui donne le LA est même 7ème des entreprises les mieux notées par les salariés : “une organisation décentralisée, pas d’actionnaire pour exiger des dividendes … la cote de cette banque mutualiste ne cesse de grimper”.

Vous êtes de plus en plus nombreux à visiter notre site (+ de 13.000 visiteurs différents en janvier 2024), et à nous suivre sur les réseaux sociaux. Cela nous va droit au cœur. C’est une belle reconnaissance que vous nous donnez. MERCI ! Et en plus, c’est plus respectueux pour la planète que la diffusion “papier”.

@ très vite … notamment le 8 février

CSEC des 10 et 12 janvier 2024

  • Venue du nouveau Directeur Général, Serge MAGDELEINE, au CSEC
  • Crédit Agricole, le bon sens près de ses sous
  • Jeu de chaises musicales dans le groupe
  • Début de réponse de la direction suite au rapport IPSO-FACTO relatif au droit d’alerte pour danger grave sur la santé des salariés
  • FOcus sur le flash “LCL DRH” du 18 janvier relatif aux mesures salariales unilatérales

Ce sont les articles du flash du dernier CSEC que vous pouvez trouver ici.

Et là, les “réponses” de la direction aux questions diverses de ce mois.

Bonne lecture et rendez-vous le 8 février !

Négo salariale 2024 : LCL distancé (MAJ communiqué de presse intersyndical)

25 janvier 2024 : Pour lire le communiqué de presse intersyndical, c’est ici.

24 janvier 2024 : Cette année encore, chiffres à l’appui, les salariés de LCL sont les moins bien lotis du secteur bancaire en termes de revalorisation salariale.

Puisqu’ils sont déjà parmi les moins bien payés sur le périmètre AFB, comparatif à l’appui, ce n’est donc pas avec la négociation salariale 2024 que LCL va rattraper son retard, bien au contraire.

Pourtant, de l’argent, il y en a. LCL affiche ces dernières années des résultats record approchant le milliard. Mais, avec, le groupe Crédit Agricole SA préfère chouchouter ses actionnaires que ses salariés, notamment, en effectuant des plans de rachat d’actions qui sont ensuite détruites ! C’est ainsi que le fruit de notre travail part, pour partie, en fumée.

Pour lire le flash, c’est ici

Pour lire le rapport AFB des rémunérations de base 2023, c’est là

Alors, le 8 février, tu ne sais toujours pas ce que tu fais ?

Le 8 février, tu fais quoi ?

Pour réclamer une augmentation générale de 1.500 €, à l’instar de ce qu’ont obtenu nos collègues des caisses régionales grâce à leur mobilisation, vos représentants des syndicats FO LCL, CFDT, AS, CGT, STC et UNSA, s’unissent et vous appellent à exprimer votre mécontentement le jeudi 8 février prochain, jour où seront publiés les résultats 2023 de LCL et de Crédit Agricole SA, qui, sans aucun doute, seront encore excellents.

Pour lire l’appel intersyndical, c’est ici

PPV : Un problème ?

Vous êtes nombreux à ne pas comprendre pourquoi vous n’avez pas perçu la prime fin décembre.

Il y a 2 problématiques :

  • Cadres autonomes : la direction proratise les 3 SMIC, considérant qu’ils ne travaillent que 211 jours, soit 7 jours de moins que le forfait légal de 218. C’est oublier que, conventionnellement chez LCL (accord 35 heures), un forfait jours à temps plein est de 211 jours. FO LCL tente de faire entendre raison à la direction, et est déterminée à aller jusqu’au bout si nécessaire.
  • Absences pour maladie : la direction proratise également les 3 SMIC mais incorpore les IJSS dans la rémunération. Ce qui a pour effet de placer la rémunération au dessus du plafond des 3 SMIC proratisé. En résumé, un salarié dont la rémunération est inférieure à 3 SMIC, aurait perçu la PPV s’il n’avait pas été malade. Mais parce qu’il a été malade, il en serait privé car il aurait gagné plus de 3 SMIC, selon la direction. Cela est bien sûr absurde. FO LCL est également sur le sujet.

Dans les 2 cas, nos conseils juridiques confirment l’analyse de FO LCL et les mauvaises applications de la direction.

Affaire à suivre.

FO LCL et la CFDT demandent la poursuite de la négociation salariale

Le 15 janvier, la direction de LCL était informée de l’absence de signataires sur les mesures salariales proposées.

Réunies en intersyndicales, FO LCL et la CFDT ont immédiatement demandé la poursuite de la négociation.

Appuyées par la majorité des organisations syndicales non représentatives, FO LCL et la CFDT ont rédigé et adressé au DRH, un courrier commun, officialisant ainsi leur demande et annonçant également le mouvement de grève prévu pour le 8 février. À ce jour, seul le SNB n’a pas souhaité s’associer à la démarche intersyndicale.

Outre la poursuite de la négociation, la demande de l’intersyndicale porte sur une augmentation générale d’au moins 1.500 euros pour tous, à l’instar de la mesure octroyée aux 78.000 salariés des caisses régionales du Crédit Agricole et leurs filiales. Rappelons que cette augmentation a été obtenue après plusieurs mobilisations importantes des salariés dans plusieurs caisses régionales.

Retrouvez la lettre ouverte adressée au Directeur des Ressources Humaines en cliquant ici

@suivre

Négociation salariale 2024 : Tous les syndicats réclament au moins 1.500 € pour tous

15 janvier 2024 : Les délégués syndicaux FO LCL, après avoir consulté leurs adhérents, se sont tous exprimés contre la signature des mesures salariales proposées par la direction qu’ils jugent insuffisantes au regard de l’investissement quotidien de chacun, malgré des conditions de travail dégradées. LCL et le groupe Crédit Agricole SA sont les moins-disant en matière d’augmentation salariale. La CFDT et le SNB ne signeront pas non-plus. Le SNB, échaudé par sa signature sur l’accord Prime de Partage de Valeur de décembre, ne souhaite apparemment pas renouveler l’expérience …

FO LCL (également la CFDT, le SNB, mais aussi tous les autres syndicats présents chez LCL) a demandé ce jour de continuer la négociation salariale. Si la direction refuse d’accorder au moins la même mesure que celle accordée par la Fédération Nationale des caisses régionales du Crédit Agricole (augmentation de 1.500 € pour tous), alors une intersyndicale vous appellera à faire grève le jeudi 8 février. C’est grâce à leur mobilisation que les salariés des caisses ont obtenu une mesure générale.

La direction de LCL a donc encore plus de 3 semaines pour attribuer une mesure générale qui permettrait d’atténuer les effets de l’inflation.

11 janvier 2024 :  Merci aux nombreux collègues qui nous ont remonté leur avis sur les mesures proposées. FO LCL consulte actuellement ses délégués syndicaux dans toutes les régions, qui eux-mêmes consultent nos adhérents pour prendre la décision de signer ou pas le projet d’accord salarial, et, le cas échéant, de lancer un mouvement de grève.

Pour information, Crédit Agricole SA va racheter 26,84 millions d’actions pour ensuite les détruire. Au cours de 13 €, c’est ainsi environ 350 millions d’euros qui vont partir en fumée, dans le seul but de privilégier l’actionnaire. Déjà fin 2022, 16,65 millions de titres avaient été détruits, représentant un montant d’environ 160 millions. Et après, le groupe dit ne pas pouvoir nous augmenter !

8 janvier 2024 :  la dernière séance de négociation programmée a eu lieu. Voici les dernières propositions de la direction :

  • augmentation de salaire de 500 € bruts annuels (environ 32€ nets par mois avant IR) pour les rémunérations inférieures à 36.000 € (fixe + opportunité cible RVP). Cela concernerait 28% des salariés de LCL

OU

  • augmentation de salaire de 700 € bruts annuels (environ 39 € nets par mois avant IR) pour les rémunérations inférieures à 35.000 € (fixe + opportunité cible RVP). Cela concernerait 20% des salariés de LCL

Indépendamment de cette mesure “collective” ci-dessus, LCL propose aussi :

  • complément de Prime de Partage de Valeur de 400 € (soumise à CSG/CRDS et Impôt sur le Revenu sauf si épargnée sur PEE-PERCOL)
  • prise en charge complète de l’augmentation des cotisations “complémentaire santé obligatoire”
  • revalorisation de la prime transport (article 44 de la convention collective) de 8 à 13 € (15 € si véhicule électrique), de 9,5 à 14 € (16 € si véhicule électrique)
  • Création de mesures socle pour les Techniciens Service Bancaire : 29.350 € en province – 30.350 € en IDF

La direction a confirmé que, contrairement au dire de la DRH du groupe, notre nouveau DG n’a pas piloté cette négociation salariale et reprend les commandes en cours de route.

Même s’il y a du mieux, nous sommes très loin de ce que proposent tous les autres grands groupes bancaires (voir articles antérieurs sur le sujet), y compris nos cousins des caisses régionales du Crédit Agricole qui ont obtenu une augmentation générale des salaires de 1.500 €, mesure fédérale pouvant être complétée par un accord local au niveau de chaque caisse.

FO LCL, comme chaque année, a comparé les salaires médians AFB et LCL (2022), dont voici le résultat par échelons :

  • Echelon D : AFB : 28.262 € – LCL  : 27.345 € = -917 €
  • Echelon E : AFB : 30.358 € – LCL  : 29.200 € = -1.158 €
  • Echelon F : AFB : 31.200 € – LCL  : 30.000 € = -1.200 €
  • Echelon G : AFB : 34.668 € – LCL  : 33.027 € = -1.641 €
  • Echelon H : AFB : 41.000 € – LCL  : 39.000 € = -2.000 €
  • Echelon I : AFB : 51.686 € – LCL  : 47.300 € = -4.386 €
  • Echelon J : AFB : 65.000 € – LCL  : 58.000 € = -7.000 €
  • Echelon K : AFB : 81.164 € – LCL  : 72.401 € = -8.763 €

Au vu des mesures accordées en 2023 et pour 2024 par les uns et les autres, l’écart défavorable avec les autres établissements risque encore de se creuser.

Qu’en pensez-vous ?